Parking du Château : une situation qui empire de jour en jour

S’agissant du parking intermodal du Château, le Maire de Mouans-Sartoux doit faire toute la lumière sur une situation qui semble empirer de jour en jour.

Et notamment en ce qui concerne :

 Le retard dans l’exécution des travaux qui préfigure aujourd’hui un report d’au moins six mois de la livraison de l’ouvrage et qui inquiète pour la vie au quotidien des riverains confrontés comme nos restaurateurs et commerçants au manque de stationnements en centre-ville.

 Le coût supplémentaire d’un million d’euros pour la végétalisation du toit du futur parking qui n’a jamais été évoqué en Conseil municipal ou lors des différentes projections budgétaires. A quelques jours des Municipales, les annonces vont bon train, mais la vérité aujourd’hui, c’est qu’il n’a pas été prévu le début du 1er euro pour financer ces travaux.

 Les demandes en plus-values au marché de base de la part des entreprises contractantes qui parviennent en Mairie, d'autant plus que la convention qui nous lie avec l’Agglomération du Pays de Grasse prévoit que tout dépassement du budget initial soit exclusivement à la charge de la commune, et donc, des contribuables mouansois.

Parking du Château : 2 mois de retard et encore 1 million d'euros supplémentaire de la poche du contribuable

Face au refus permanent du Maire de Mouans-Sartoux de nous communiquer le calendrier général de réalisation du parking du Château, nous avons saisi l’opportunité du Conseil municipal de vendredi dernier (ndlr : celui du 22 novembre 2019) pour le réinterroger sur le sujet.

Car en effet, certains indicateurs, comme l’absence d’activité qui a prédominé pendant plus de deux mois lors du démarrage du chantier, de mars à mai, ou encore récemment, la neutralisation partielle du site pour recueillir les sépultures de l’ancien cimetière, interrogent sur la faculté des entreprises à pouvoir respecter le délai d’exécution initial aux conditions des marchés de bases.

Sauvetage de la Régie des Eaux : un coup de com' à 5 mois des Municipales

Par décision du Maire, la ville de Mouans-Sartoux vient d’attribuer pour ces 20 prochaines années le marché de l’eau potable et de l’assainissement à la Société d’Économie Mixte « Eaux de Mouans » pour un montant de 144 millions d’euros. Décryptage…

A propos du sauvetage de la Régie Municipale des Eaux ?

Une opération qui s'apparente plus à un coup de com’ en période pré-électorale qu'au « sauvetage » annoncé. Dans les faits, la RME n’existe plus. Elle a été dissoute par délibération du Conseil municipal le 18 octobre dernier.

La municipalité conserve-t-elle la gestion de l’eau sur le territoire communal ?

Pour 3 mois seulement…

A partir du 1er janvier 2020, l’agglomération du « Pays de Grasse » prendra le contrôle de la SEM au moment du transfert de compétences en héritant de 85% des parts de celle-ci. Dans l'immédiat, il n’y a pas d’inquiétude particulière à nourrir par rapport à cela.

Extension de l'Art Concret : l'acte 2 d'un passage en force au détriment des citoyens

Reboiser là-même où quelques mois auparavant, une cinquantaine d’arbres ont été abattus…

C’est sous cet angle séduisant que le Maire a choisi de présenter l’une des délibérations du dernier Conseil municipal de Mouans-Sartoux intitulée « aménagement du Parc du Château » mais qui en réalité cache l'acte fondateur de « l'extension du Musée de l'Art Concret ».

Ou comment tenter par la même occasion de faire oublier son engagement d'un parc de stationnement de 245 places, avec un quart de la capacité réservées aux riverains du village, et qui ne devait pas coûter le moindre euro aux contribuables… Car telle était la promesse de Pierre Aschieri à l’automne 2015.

Qu'en reste-il aujourd’hui ? Si ce n’est pour le moment un parking qui sera fermé le soir et le week-end tel que le prévoit le « cahier des charges ». Dont une moitié des places sera réservée aux usagers détenant un titre de transport et l'autre réglementée par une « zone bleue » avec une durée de stationnement maximale de deux heures.

Qualité de l'eau du robinet à Mouans-Sartoux ? Circulez, y'a rien à boire...

Fin juin 2019, nous venons d’apprendre que l’eau du robinet a Mouans-Sartoux, consommée par tous en 2018, n’est pas « potable » pour tout le monde, en particulier pour les enfants en bas âge et les personnes fragiles, car une quantité de sulfates pouvant s’élever jusqu’à 391mg par litre a été détectée sur certains prélèvements alors que la limite maximale est fixée à 250mg.

En moyenne, l’eau minérale en bouteille en contient entre 10 et 30mg par litre…

Ce qui est d’autant plus troublant, que pas un mot sur le sujet n’a été prononcé lors de la présentation il y a quelques jours – par le Maire en personne – du rapport annuel de la Régie Municipale des Eaux.

En tout état de cause, il y a là un défaut d'information préventive de la population.

Sous-catégories

RECHERCHE

RÉSEAUX SOCIAUX